Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 10/06/2018
12 h 00 min - 15 h 00 min

Emplacement
Le p'tit caboulot

Catégories


TCHAVOLO SCHMITT JAZZ SWING MANOUCHE le 10 Juin à partir de 12H

Initié dès l’âge de 6 ans à la guitare par sa mère alors que son père pratiquait le violon, il rejoint sa famille à Strasbourg en 1965.

Tchavolo Schmitt développe au fil des années une virtuosité dans le style manouche dont la renommée dépasse rapidement les limites de l’Alsace, sa région d’origine, et le fait devenir un musicien influent parmi ses pairs qu’il retrouve notamment à la Porte de Montreuil ou à la Chope des Puces à Saint-Ouen, lieux mythiques du swing manouche.

Il devient professionnel en 1979, année durant laquelle, après avoir quitté Paris pour un retour à ses racines alsaciennes, il rejoint le groupe « Hot Club da Sinti » pour s’y associer notamment au violoniste Wedeli Köhler, au guitariste Schmeling Lehmann et au contrebassiste Jani Lehmann. Un unique enregistrement en LP, aujourd’hui collector verra le jour en 1981.

Il participe à plusieurs projets comme le film Latcho Drom, de Tony Gatlif en 1992.

Il joue également avec son frère Gogo Berbedes et ses cousins Mandino Reinhardt, Sony Reinhardt, Hono Winterstein et Dorado Schmitt.

C’est avec ce dernier qu’on le retrouve en 1993 dans le groupe « Gypsy Reunion » avec également Patrick Saussois et Gino Reinhardt.

En 2000 il sort son premier album sous son nom, avec l’amical soutien et la participation active de Romane à la pompe : il s’agit d’Alors?… Voilà!. Cet album est suivi en 2001 de Miri Familia.

Son attaque et son phrasé uniques sont consacrés en 2002 avec Swing, bande originale du film de Tony Gatlif où Tchavolo Schmitt joue lui-même le rôle de Miraldo qu’il a inspiré, un professeur de guitare, personnage haut en couleur à son instar. Le film le fait connaître du grand public.

En 2004, Angelo Debarre s’associe à lui pour produire un disque-hommage à Django Reinhardt intitulé Mémoires, et en 2005 il sort à nouveau un album personnel intitulé Loutcha.

Il enregistre par la suite Seven Gypsy Nights et enfin son Live in Paris, un chef-d’œuvre « incontournable…une chaleur particulière tant les expressions de Tchavolo vont avec son jeu »[1], « ce n’est pas du jazz manouche mais un manouche qui joue du jazz »[2] capturé en concert à l’Alhambra (Paris) le 20 septembre 2008.

Considéré comme l’un des héritiers de Django Reinhardt[3], qu’il dit trop vénérer pour en accepter la filiation, il poursuit une carrière familiale et internationale marquée par de nombreuses collaborations. Source wikipédia

thony